Sortie IGLOO IGLOO au lac des pourettes

Je reprends volontairement l’introduction du compte rendu de la construction de l’igloo de l’année dernière : 

Le   jour   dit   nous   nous   retrouvâmes   2   splitboardeurs,   5   skieurs,   4   femmes,   3  hommes. 7 personnes prêtes à lever des tonnes de neige. 

Le lieu choisi fût, après hésitation avec le dôme de bellefont, l’amont de la brèche Robert Nord. Départ 9h30 de Grenoble avec Céline, Béa, Lionel et Benoit au bord de la grand  scenic et Jordan, Chloé et Lucie au bord de la super twin’gloo  pour atterrir vers 10h30 au parking de Casserousse.  De 11h à 13h, la montée de Casserousse au lac des pourettes fût, sans trop de surprise glacée mais surmontable. On ne parlera pas ici des gamelles périlleuses de certain-e-s sur la fameuse descente givrée et les 3 conversions à l’arrivée du lac des pourettes. 

45°08’02.4″N 5°54’03.5 »E : lieu idéal pour notre futur palace des neiges. La parcelle cadastrale de l’igloo définie soigneusement, nous entamâmes le labourage hivernale. Le dos, les doigts, la bouche, les dents. Tout le corps y passa pour monter de toute pièce un magnifique pâtée de neige d’à peu près 2m de hauteur (tout le monde s’y tenait debout à l’intérieur youhou!). 

Nous plaçâmes une bâche sur le dôme, des sacs et skis en contrebas du pâtée (les sacs n’ayant pas trop servi ils furent vite dégagés) afin de délimiter la zone intérieure habitable du palace. Informations supplémentaires : il n’avait pas neigé depuis 2 semaines donc la neige était relativement malléable – couche supérieure gelée + sous-couche de gobelets = 1m30 de neige à notre disposition. 

Suffisait plus que décaisser tout ce bazar blanc. Pas la partie la plus facile et fun. 

Après avoir reçu quelques glaçons et morceaux de neige dans la tronche de la part de certains enivrés de décaissement, nous furent tous très soulagé-e-s de trouver notre logi fort bien à la hauteur de nos attentes (tout simplement un abri assez solide pour dormir le plus au chaud possible). 

On mérita bien cet apéro digne du nom de la sortie, au soleil, avec du génépi, de la bière, de la prune et de l’aspérule. Une soupe de déculpabilisation et une méga fondue nous permîmes de récupérer de cette journée de dur labeur.  

C’est alors que nous essayâmes un jeu où, hélas, personne n’arriva à gagner – le SKULL. Bien que le sommeil ne fût pas princier, la matinée fût bien grâce avec un levé à 10h au grand dam de Lionel (je tiens à souligner qu’il est allé faire pipi pied nu dans la neige pendant la nuit. Chapeau chinois ou devrais-je dire Arapède ;)).

Petite montée au grand Eulier avec une super vue sur la super pollution de Grenoble, euh non pardon sur le Grand Sorbier et Grand Van. 

Redescente à 16h30 pour finir en beauté à l’auberge des Seiglières sur la montée de Casserousse.

Merci à tous-te-s ! 

À oui aussi : on a vu des chamois ! 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer